Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Des parents par Mad et Mar
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
La faune et la flore par Jean Mouline
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Da la gaudriole par Mad et Mar

En février 2009 s’est tenu à Lille un procès intenté par Brigitte Mauroy contre Charlie Hebdo et son journaliste Antonio Fischetti. L’urologue poursuivait ce dernier pour diffamation à la suite d’un papier publié un an auparavant, dans lequel il affirmait qu’elle se rendait « complice de mutilation sexuelle ». En cause un article de la scientifique, intitulé « Vulve », paru en 2004 et comportant une phrase sur le prépuce du clitoris particulièrement ambigüe. Au final la justice avait tranché en prononçant une relaxe complète. Mais le 25 mai dernier, le procès en appel s’est soldé par une condamnation de Charlie, coupable cette fois d’attenter à « l’honneur et la réputation de la plaignante ». Le plus inquiétant, dans cette histoire, c’est qu’on en oublierait presque le fond du problème : les mutilations sexuelles féminines.


• Dans son article « Vulve » publié en 2004 au sein d’un ouvrage « grand public »[1], Brigitte Mauroy introduit sa description anatomique en expliquant que la connaissance des organes érectiles, « de leur morphologie, leur vascularisation et leur innervation est essentielle pour poursuivre les études physiologiques, et par là améliorer la prise en charge des dysfonctions sexuelles féminines. » Remarque préliminaire louable, qui prend pourtant une autre saveur deux pages plus loin, lorsqu’on apprend que « le capuchon clitoridien ou prépuce », ce « repli, peu développé chez les occidentales est beaucoup plus long chez certaines asiatiques ou africaines, ce qui fait procéder à une circoncision (chez les abyssins notamment) ». Puis rien, à la ligne, on passe à autre chose.

Quelques mois plus tard, Gérard Zwang – autre urologue[2] qui a participé au même ouvrage – adresse une lettre à Brigitte Mauroy pour lui faire remarquer entre autres que « le prépuce du clitoris des abyssines, pas plus que celui des Turques, Bambaras, Malinkés ou Asiatiques ne souffre d'aucune "hypertrophie ethnique" légitimant un "retranchement" » : « Qu'une anatomiste du XXIe siècle cautionne ces racontars "hors d'âge" et donc la légitimation de la "rectification clitoridienne" de millions de fillettes massacrées, m'a profondément choqué. » Mauroy ne répond pas, et la lettre atterrit sur la toile.

Quatre années se sont écoulées avant qu’Antonio Fischetti publie son papier, quelques jours avant les municipales de 2008 et l’élection de Mauroy sur une liste UMP. Partant de la lettre de Zwang, il écrit que « par maladresse, ou en toute lucidité (son refus de répondre plaide pour la seconde hypothèse), Brigitte Mauroy se rend complice de mutilation sexuelle  ». N’ayant pas daigné répondre aux questions du journaliste, l’urologue envoie après coup un droit de réponse. Mais le canard refuse de le publier et elle se décide finalement à porter plainte.

Or le 12 février 2009, en première instance du procès, trois juges – trois femmes – ont estimé que le propos de Brigitte Mauroy « pouvait être objectivement lu comme une justification anatomique de la pratique de l’excision. »[3] Le procureur lui-même, qui demandait la condamnation de Charlie, a déclaré dans son réquisitoire : « Oui, je crois que Mme Mauroy a écrit là un article dont elle se repent et se repentira.  » Hélas, celle-ci n’était pas là pour clarifier ses positions ou revenir sur cette phrase. Le rejet de ses plaintes semblait être « sans appel ».

Mais en appel justement, à Douai en mai dernier, l’urologue s’est présentée à la barre. Et cette fois, la cour – majoritairement masculine – a condamné Fischetti, jugeant qu’il avait « porté atteinte de façon particulièrement indélicate et inutilement blessante à l’honneur et à la réputation de la plaignante »[4]. Autrement dit, ce qu’a fait le journaliste, dénoncer selon le premier jugement une « justification anatomique de la pratique de l’excision », ceci devient en appel « inutilement blessant », « particulièrement indélicat »…

 

Au-delà de l’objet du procès, la diffamation d’un côté, la liberté de la presse de l’autre, au-delà de la personne de Brigitte Mauroy – qui, cela a été répété plusieurs fois, « milite contre les mutilations sexuelles » –, il est important de disséquer la phrase incriminée par Fischetti et avant lui par Zwang. Car le problème soulevé par ce « petit » procès de presse relève d’une toute autre gravité. Et ses enjeux dépassent largement « la réputation de la plaignante ».

 

Une phrase à autopsier

Le prépuce, « peu développé chez les occidentales est beaucoup plus long chez certaines asiatiques ou africaines, ce qui fait procéder à une circoncision (chez les abyssins notamment) ».

Littéralement, cette phrase pose la question de sa véracité et de sa scientificité. Est-il exact et vérifié qu’il existe des différences de taille des organes génitaux selon des critères « ethniques » ? Une recherche sur le web permet de répondre par la négative : aucune synthèse n’a été dirigée là-dessus – et encore moins sur le seul capuchon clitoridien –, et établir une « association statistiquement significative » entre dimension des organes génitaux féminins et origine ethnique semble impossible[5]. De plus, quand des observations localisées et empiriques ont été menées, l’hypothèse d’une « hypertrophie ethnique » du clitoris – organe pris au sens large[6] – a été nettement réfutée. Ainsi le « Dr Alfons Huber, un gynécologue autrichien qui a longtemps travaillé en Ethiopie dans les années 60, a examiné personnellement des milliers de femmes éthiopiennes de tout âge. Il n’a jamais constaté une fréquence anormale de cas d’hypertrophie ou de croissance inhabituelle des organes sexuels ou du clitoris. »[7]

En outre ce « beaucoup plus long », cette « hypertrophie » « fait procéder à une circoncision »… Convient-il d’entendre par là que cette hypertrophie est une « pathologie » ? Une anomalie qu’il faut, « chez les abyssins notamment », « rectifier » ? Est-ce qu’il s’agit ici, comme Mauroy le présente en introduction, d’« améliorer la prise en charge des dysfonctions sexuelles féminines » et donc d’opérer pour « raisons médicales » ? Il n’y a, bien entendu, aucune réponse dans le texte. A noter, par ailleurs, que dans le Larousse Médical le terme de « circoncision » concerne uniquement l’« ablation du prépuce » masculin, la posthectomie, pratiquée par un médecin « en pathologie ». Et que le terme « excision », se rapportant quant à lui aux mutilations sexuelles féminines, a pour premier sens : « ablation chirurgicale d’un tissu malade, ne laissant en place que des tissus sains. »[8]

Si l’on tient compte de ces définitions, le mot « circoncision », dans cette phrase, manque cruellement de « scientificité ». Cette « circoncision » en tant que telle, c’est-à-dire pratiquée sur des femmes « asiatiques ou africaines », n’a aucun fondement. Le terme doit être précisé : il s’agit d’une circoncision – ou plutôt d’une excision – dite « sunna » ou « a minima » qui vise juste le capuchon clitoridien, avec ou sans ablation totale ou partielle du clitoris. Le problème étant qu’elle est considérée par l’OMS, le FNUAP et l’UNICEF (donc l’ONU), plusieurs États, de nombreuses ONG, des médecins et militants, comme une mutilation sexuelle de type I appartenant à la catégorie de « la clitoridectomie : ablation partielle ou totale du clitoris (petite partie sensible et érectile des organes génitaux féminins) et, plus rarement, seulement du prépuce (repli de peau qui entoure le clitoris). »[9]

Ainsi il est possible d’interpréter la phrase étudiée comme suit : le prépuce est hypertrophié chez certaines Asiatiques et Africaines – différentes à ce titre des « Occidentales » –, ce qui fait procéder – mais est-ce pour des raisons médicales ? –, ce qui conduit à pratiquer la circoncision dite « sunna » – une mutilation sexuelle selon l’OMS – « chez les abyssins notamment », donc en Éthiopie principalement[10] – où, d’ailleurs, plus de 90 % des femmes déclarent avoir fait exciser leurs filles par une praticienne traditionnelle contre moins d’1 % par un professionnel de la santé (UNICEF).

 

Un autre problème survient : il n’est vraisemblablement pas possible, au XXIe siècle, en France, qu’une scientifique « de renom », qui publie régulièrement et milite contre les mutilations, puisse écrire en toute conscience « épistémologique » une phrase de ce genre. Car ses mots semblent dévoiler une désagréable part d’« inconscient ». Ils semblent être le reflet quasi « invisible » d’un long processus historique prenant racines dans des temps reculés. En quelques sortes, cette phrase est restée inchangée, figée, immobile, depuis des siècles.

L’« Occidental » fait appel à l’abstraction pour « classifier » les autres. Il partage le monde entre aires « de civilisation », ou plutôt entre l’aire de civilisation et les aires de non-civilisation. D’un côté les « Occidentaux », et de l’autre les « Africains », les « Asiatiques »…. Ce découpage géographique du monde, repris par Mauroy, permet de procéder à un découpage « ethnique » large et peu contraignant lorsqu’il s’agit de « dire » les prétendues différences[11]. Ceci dit, peut-être par souci de nuancer a minima, la phrase nous indique que l’hypertrophie du prépuce ne concerne que « certaines asiatiques ou africaines ». Par contre, il n’est nullement besoin de nuancer « chez les occidentales » qui ne connaissent manifestement pas cette « anomalie ». Inutile de préciser que cette affirmation, elle, suinte d’« occidentalité ». Enfin, on apprend que « chez les abyssins » on pratique cette « circoncision ». Le terme est au masculin, il évoque une pseudo-civilisation « abyssine », la culture du peuple (ou des peuples) abyssin(s). De ce fait, il englobe, encore de façon large et peu contraignante, les ethnies érythréennes, éthiopiennes, etc. ; il les homogénéise[12]. Cette phrase dévoile la manière dont l’« Occident » toise son monde[13].

Cependant moins de « théorique » s’impose ici, car la référence à l’Abyssinie n’a pas été produite par hasard. En effet, c’est dans ce territoire que dès le XVIe siècle des missionnaires jésuites portugais, qui avaient converti la population, ont tenté d’interdire toutes les sortes de circoncision – masculine et féminine. Ils n’agissaient pas par « humanisme » mais pour abolir ce qu’ils croyaient être un rite juif. Aussi se sont-ils heurtés à une forte résistance. Par la suite, rappelle F. Hosken, « les missionnaires se tournèrent alors vers Rome, et appelèrent à l’aide le Collège des Cardinaux de propaganda fide (pour la propagation de la foi) qui dépêcha sur place une mission composée de médecins expérimentés, pour faire un rapport sur la situation.

A leur retour, ces médecins déclarèrent qu’à cause de la chaleur, du climat ou de toute autre cause naturelle, « les parties » des femmes de ces pays étaient exceptionnellement développées. Ce qui provoquait le dégoût chez l’homme, et constituait donc un obstacle au mariage. En conséquence, le clergé catholique autorisa ces opérations, à condition toutefois que les Éthiopiens déclarent « qu’elles n’avaient aucun rapport avec la religion juive ». Le clergé proclama que « tout obstacle au mariage devait être supprimé » et l’excision obtint ainsi la bénédiction papale. »[14] En d’autres termes, il y a 500 ans, l’Église a admis que chez les Abyssins la taille des organes sexuels féminins – « exceptionnellement » développés, faisant « obstacle » au mariage – faisait procéder à une « circoncision ».

Hélas !, cette « bénédiction papale » a visiblement couru les siècles. Un ouvrage « de référence » en anatomie, figurant dans la bibliographie de l’article de Mauroy, nous en donne une idée terrifiante. En 1889, l’anatomiste Léo Testut publiait la première édition de son Traité d’anatomie humaine, republié huit fois jusqu’en 1948. Et – « ironie » de l’histoire ? –, dans son chapitre consacré à la vulve, il écrit exactement – un peu plus d’un siècle, donc, avant Mauroy –, que le « capuchon du clitoris ou prépuce », ce « repli préputial est relativement peu développé dans nos races européennes. Chez certains peuples de l’Asie et de l’Afrique, il atteint une longueur beaucoup plus considérable et l’on sait que quelques-uns d’entre eux, notamment les Abyssins pratiquent la circoncision chez la femme aussi bien que chez l’homme. »[15]

On l’aura compris, la phrase de Mauroy est un plagiat grossier. Une mauvaise copie d’un texte de 1889, dont le propos original est réduit « indélicatement » : le mot « race » – encore heureux – disparaît de la copie, mais chez Testut, il n’est pas écrit « ce qui fait procéder »…

 

Une phrase indéfendable

Notre intérêt ici ne réside pas dans le procès en tant que tel, mais dans ce qu’il ne dit pas. Nous ne cherchons pas à accuser Brigitte Mauroy, comme le fait Fischetti, et nous répétons qu’elle lui a opposé son engagement contre les mutilations sexuelles. Que cette phrase ait été écrite par elle ou non ne fait aucune différence. Le problème avec cette phrase, ce n’est pas l’« auteur », c’est simplement qu’elle existe, depuis des centaines d’années. C’est qu’elle trouve ses origines dans une « bénédiction papale » du XVIe siècle, et qu’elle est transmise depuis par un quasi travail de copiste, de traité d’anatomie en traité d’anatomie ; jusqu’en 2004… Aussi pour en finir, après avoir autopsié cette phrase, rappelons les arguments portés par Mauroy pour la défendre.

Tout d’abord, l’argumentation de la plaignante souligne le fait que la phrase traite de « circoncision » et non d’excision, donc de mutilation. Comme nous l’avons vu plus haut, cette assertion n’est aucunement fondée. D’abord parce que la pratique en question n’est pas précise, ni précisée ; ensuite parce que la classification qui fait autorité, celle de l’OMS, définit ce type de « circoncision » comme une mutilation. A ce propos, Fischetti raconte que, en appel, quand son avocat « l’interroge là-dessus, Brigitte Mauroy dit qu’il faudrait changer la classification de l’OMS ! » Et toujours selon le journaliste : « il est question, ici, de l’ablation du capuchon clitoridien, le morceau de peau qui recouvre le clitoris. Cette opération, l’urologue lilloise l’appelle « circoncision », car c’est l’équivalent de l’ablation du prépuce chez l’homme (ce qui est vrai). Elle la différencie de l’« excision » en tant qu’ablation du clitoris, et, comme la circoncision masculine est très répandue, Brigitte Mauroy banalise l’ablation du capuchon clitoridien. Dans ses colloques, elle dénonce donc l’ablation du clitoris, mais pas la circoncision du capuchon clitoridien. »[16] Encore faut-il que la « circoncision du capuchon clitoridien » soit effectuée pour « raisons médicales », par des « professionnels de la santé »…

On trouve sur Internet le compte-rendu d’un colloque dans lequel Mauroy est intervenue – organisé en 2006 à Lille par l’association Gynécologie Sans Frontières. En introduction, le gynécologue Richard Matis rappelle que « la circoncision [masculine] est le plus souvent réalisée dans des conditions chirurgicales correctes et les complications revêtent un caractère exceptionnel. Or les mutilations sexuelles féminines n’entrent pas dans ce cas de figure. La circoncision masculine peut être le sujet d’un débat, mais celui-ci se trouve dépourvu de rapport avec la question des mutilations sexuelles féminines. » Lorsqu’une « circoncision du capuchon clitoridien » est opérée à des fins « non médicales », sur des fillettes, il s’agit d’une mutilation sexuelle féminine : c’est le cas « chez les abyssins notamment » où l’on peut franchement douter des « conditions chirurgicales » réunies par les « praticiennes traditionnelles » qui, comme nous l’avons dit, y détiennent un « monopole ». Celui du rasoir qui ne fait aucune différence entre « capuchon », « gland » ou « corps » du clitoris[17]. Il tranche.

Deuxièmement l’urologue et son conseil ont affirmé, en première instance et en appel, que cette phrase est chargée d’une portée historique. Elle serait un rappel de ce qui se faisait/se disait jadis. Certes, les références bibliographiques de son article « Vulve » sont diachroniques, d’un traité d’anatomie datant de 1791[18] aux manuels les plus récents. Et, cela a été dit, la phrase est en réalité une copie d’un texte de 1889. Mais aucune référence n’indique qu’elle est tirée du Testut ou qu’elle se rapporte à telle ou telle époque. De plus, elle n’est pas entourée de guillemets de citation et, plus exactement, est conjuguée au présent, un présent de vérité générale. Il est donc impossible de cerner la moindre analyse diachronique ou de comprendre que Mauroy a « repris » Testut.

A ce propos l’argument entendu en première instance selon lequel l’article en question constitue un texte de vulgarisation scientifique qu’il conviendrait de lire avec plus d’indulgence laisse perplexe. Car vulgariser ne veut pas dire bâcler. Ni plagier. Vulgariser ne permet pas d’oublier la rigueur et la méthode critique. Bien au contraire puisque, par définition, un texte de vulgarisation sera moins soumis aux critiques de la communauté scientifique et plus directement exposé au reste de la société. Il s’agit donc pour son auteur de redoubler de vigilance. D’autant plus lorsque le scientifique aborde une « coutume » mutilatrice, pratiquée sur des fillettes, par des « praticiennes traditionnelles » et chez des peuples qu’il ne connaît pas.

 

En guise de conclusion

Dans son œuvre sur l’« orientalisme », E. Said écrit qu’« aucun savant […] ne peut résister aux pressions qu’exerce sur lui son pays ou la tradition érudite dans laquelle il travaille », et développe : « Les ennuis commencent quand la tradition corporatiste de l’orientalisme emporte le savant qui n’est pas vigilant, quand sa conscience professionnelle n’est pas sur ses gardes vis-à-vis d’« idées reçues » que lui transmet trop facilement sa profession »[19].

Il semble que l’idée d’un capuchon clitoridien « beaucoup plus long chez certaines asiatiques ou africaines, ce qui fait procéder à une circoncision » fasse partie des tristes « idées reçues » que la « tradition corporatiste » de l’anatomie traîne depuis des siècles. Ce « qui fait procéder à une circoncison », ce n'est aucunement une prétendue hypertrophie ; ce qui fait procéder aux mutilations, c'est uniquement la phallocratie, la misogynie, le sexisme, sur quoi les « Occidentaux » ont plaqué un langage soi-disant médical. En ce sens, il est ô combien nécessaire de critiquer cette idée reçue, de la bannir, de l’« exciser » définitivement. Ce que Brigitte Mauroy, la savante, ne fait pas. Ni dans son article, ni à la barre.

A nos yeux, les enjeux voilés par ce procès « de presse » ne sont d’aucune commune mesure avec la réputation d’une savante, entrée en politique et par là dans la ligne de mire d’un journal que nous ne soutenons guère. Que devient son statut de « scientifique » quand, de peur d’être disgraciée, elle refuse d’étayer ou de réfuter ses dires, mis en cause par un membre de sa corporation ? Tout ça n’est que politique. Cette histoire est certes « inutilement blessante », mais pas pour la plaignante… Elle l’est pour les victimes, exclusivement pour les victimes de mutilations sexuelles. •

* Nous reprenons cette expression à S. Arc (Les lesbiennes, Le Cavalier Bleu, 2006, p. 55) qui explique que dans « le Larousse de 1876, le lesbiannisme est ainsi associé à une hypertrophie clitoridienne, que l’on prétend guérir en pratiquant la résection de l’organe coupable (« clitoridectomie ») ».


[1] P. Brenot (dir.), Dictionnaire de la sexualité humaine, L’esprit du temps, 2004, p. 702.

[2] Zwang s’est fait connaître en 1967 avec son ouvrage Le sexe de la femme, réédité régulièrement depuis.

[3] Charlie Hebdo, 13/07/2010.

[4] Id.

[5] Difficile donc de parler de « normalité » en la matière, J. Lloyd et alii, «  Female genital appearance: ‘normality’ unfolds », BJOG: an International Journal of Obstetrics and Gynaecology, mai 2005.

[6] « Une petite masse cylindrique de tissu érectile et de nerfs, le clitoris est situé à la jonction antérieure des petites lèvres. Le prépuce du clitoris, une couche cutanée, se trouve au point de rencontre des petites lèvres et recouvre le corps du clitoris. La partie exposée du clitoris est le gland du clitoris. », in Tortora et Grabowski, Principes d’anatomie et de physiologie, De Boeck Université, 1994, p. 1008.

[7] F. Hosken, Les mutilations sexuelles féminines, Paris, Denoël/Gonthier, 1983, p. 82.

[8] Larousse Médical, Paris, Larousse, 2002. Le terme d’« excision » a été introduit par les Européens au XIXe siècle par souci de « médicaliser » ce qui était insaisissable à leurs yeux. Les médecins ont vite considéré que chez les femmes une « hypertrophie sexuelle » – ou toutes sortes de prétendues pathologies mentales – était causée par une hypertrophie des organes sexuels. C’est ainsi que l’« excision » a intégré les pratiques chirurgicales d’exérèse « occidentales ».

[9] Classification du Dr Robin Cook, 1995, modifiée en 2007. Ou voir ici.

[10] L’empire d’Éthiopie, aboli en 1975, a été nommé Abyssinie en Europe. « Pendant la majeure partie de son existence, il couvre ce qui est aujourd'hui l'Éthiopie et l'Érythrée ; toutefois, à son apogée, il inclut également le nord de la Somalie, Djibouti, le sud de l'Égypte, l'est du Soudan, le Yémen et l'ouest de l'Arabie saoudite. » (Wikipedia)

[11] Qu’on se souvienne du discours de Dakar, prononcé par Sarkozy en 2007, selon lequel « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire ».

[12] La situation n’est pourtant pas homogène. En Éthiopie, par exemple, on compte 80 ethnies. Et « quelque 80% des femmes éthiopiennes âgées de 15 à 49 ans ont subi une forme » de mutilation, mais « les taux de prévalence sont plus faibles chez les femmes des régions de Tigray (36%) et de Gambela (43%), alors qu’ils atteignent presque 100% dans les régions Somali et Affar. » (UNICEF)

[13] Ce qui, à nos yeux, s’apparente à une forme d’« orientalisme », au sens que lui donne E. Said : « la distribution d’une certaine conception géo-économique dans des textes d’esthétique, d’érudition, d’économie, de sociologie, d’histoire et de philologie ; c’est l’élaboration non seulement d’une distinction géographique (le monde est composé de deux moitiés inégales, l’Orient et l’Occident), mais aussi de toute une série d’« intérêts » que non seulement il crée, mais encore entretient par des moyens tels que les découvertes érudites, la reconstruction philologique, l’analyse psychologique, la description de paysages et la description sociologique ; il est (plutôt qu’il n’exprime) une certaine volonté ou intention de comprendre, parfois de maîtriser, de manipuler, d’incorporer même, ce qui est un monde manifestement différent (ou autre et nouveau) ; surtout, il est un discours qui n’est pas du tout en relation de correspondance directe avec le pouvoir politique brut, mais qui, plutôt, est produit et existe au cours d’un échange inégal avec différentes formes de pouvoirs, qui est formé jusqu’à un certain point par l’échange avec le pouvoir politique (comme dans l’establishment colonial ou impérial), avec le pouvoir intellectuel (comme dans les sciences régnantes telles que la linguistique, l’anatomie comparées, ou l’une quelconque des sciences politiques modernes), avec le pouvoir culturel (comme dans les orthodoxies et les canons qui régissent le goût, les valeurs, les textes), la puissance morale (comme dans les idées de ce que « nous » faisons et de ce qu’« ils » ne peuvent faire faire ou comprendre comme nous). », in L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Éditions de Seuil, 2005 (1978 pour l’édition originale), p. 25.

[14] F. Hosken, op. cit., p. 80-81.

[15] Nous avons consulté L. Testut, Traité d’anatomie humaine, t. 4 (« Appareil de la digestion – Appareil uro-génital – Embryologie »), Paris, Octave Doin éditeur, 1905, p. 778. Mauroy donne en référence de son article l’édition de 1948, la dernière pour laquelle a été associé le nom du « fils spirituel » de Testut, Antoine Latarjet. Testut était mort en 1925.

[16] Charlie, art. cit.

[17] Non seulement il s’agit de quelques millimètres, mais c’est « également l’organe le plus sensible qu’on puisse trouver chez l’être humain avec 8 000 terminaisons nerveuses au niveau du gland » (Wikipedia).

[18] Que Zwang fustige dans sa lettre : « pourquoi citer le déplorable Sabatier, qui traite "d'humeur épaisse et jaunâtre" ce qui, chez les femmes bien tenues, ne correspond qu'au sébum le plus normal et le moins répugnant ? Les salles d'eau ont fait des progrès depuis 1791... Quant à nos ancêtres paléolithiques, elles ne vivaient jamais loin d'une eau courante ou lacustre, qui leur permettait les ablutions les plus élémentaires. »

[19] E. Said, op. cit., p. 303 et p. 351.

Commentaires   

 
#1 A.F. 15-05-2013 10:06
16-08-2010 12:32

Juste une précision cependant pour que les choses soient parfaitement claires :

je ne suis motivé par aucune animosité politicienne contre Brigitte Mauroy, ce n'est absolument pas mon propos, en tant que telle, elle n'est pas dans ma "ligne de mire", et
j'aurais écrit la même chose si l'auteur de la phrase incriminée avait été proche de n'importe quel autre parti politique.

Je dis ça car c'est ce que crois lire entre les lignes, dans le sous entendu sur les distances que vous prenez par rapport à Charlie, mais peut être que je me trompe, en
tout cas pour moi le débat n'est pas là : il est exactement dans le même esprit que le fond de votre article, à savoir la profonde répugnance que m'inspire toute mutilation génitale.

Antonio Fischetti
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires