On connaît peu de choses sur la jeune vie de Jean Mouline. Tout juste sait-on qu'il est orphelin et qu'il a passé le plus clair de sa jeunesse dans le pensionnat d'une école catholique privée de Lille.

Il fait des débuts timides à l'ENL en 2010, alors qu'il milite au côté d'une obscure Cellule de Feu Commission Libération des Animaux planifiant de libérer tous les animaux du zoo lillois. « Un acte politique et révolutionnaire pour libérer nos camarades injustement engeôlés », déclarera-t-il aux journalistes de Babel présents au moment de son arrestation intervenue in extremis, quelques jours avant que l'opération ne puisse avoir lieu. Son implication dans la planification de cet acte lui vaudra sa première condamnation d'une liste qui s'allonge encore. Jean Mouline semble en effet posséder une habilité surnaturelle, une sorte de super-pouvoir, pour entrer en contact (physique) avec les forces de police du monde entier. Après une année dans un camp de rééducation, il bénéficie de la loi d'amnistie et de réconciliation pour les terroristes anti-spécisme. À nouveau carnivore, Jean Mouline est aujourd'hui un voyageur aventureux, souvent victime de sa curiosité, de sa naïveté, et de ses engagements. Après deux années de journalisme néogonzo, il est interdit de territoire au Mexique et a été incarcéré en Suède. Toute ressemblance avec un résistant connu serait purement fortuite.